Harry Potter et l’Enfant Maudit (avec ou sans spoilers)

La première fois que j’ai découvert l’univers de Harry Potter, je devais avoir huit ou neuf ans. Comme pour beaucoup d’enfants de ma génération, le coup de foudre a été immédiat. À chaque nouveau livre, l’excitation était à son comble. À chaque dernière page, le déchirement et la frustration de devoir encore attendre des mois la sortie du prochain tome l’étaient aussi. Bien évidemment, il était impensable de ne pas acquérir chaque opus le jour même de sa sortie, et j’avais toujours beaucoup de mal à me retenir de tout lire d’une traite. Je les ai tous dévorés plusieurs fois chacun, et en bonne admiratrice absolue, j’ai aussi beaucoup pesté contre les libertés prises dans certains films – mais, bien sûr, je les ai quand même visionnés avec grand plaisir.

Vous vous doutez donc que l’annonce d’une suite sous la forme d’une pièce de théâtre, un genre littéraire que j’affectionne particulièrement, ne m’a certainement pas laissée indifférente ! Pourtant, même s’il était d’emblée évident que j’allais lire ce nouveau récit, je dois admettre que je n’en attendais paradoxalement rien de particulier. Pour moi, les aventures de Harry, Ron et Hermione se sont achevées après la bataille de Poudlard, et ce qui se passe ensuite ne fait pas réellement partie de l’histoire qui m’a tant captivée étant enfant. Avant même d’en avoir lu la première ligne, donc, Harry Potter et l’Enfant Maudit n’était à mon sens qu’un bonus ; un bonus agréable, certes, un petit bonbon de nostalgie même, mais un bonus tout de même.

Pour autant, bonus ou non, j’ai tout de même décidé de vous en parler dans cet article, que j’ai choisi de scinder en deux parties. ATTENTION ! Si vous n’avez pas encore lu la pièce, ne lisez que la première, car la seconde contiendra des spoilers (mais je vous alerterai, c’est promis) !

Avis général (sans spoilers)

Avant d’entrer dans le vif du sujet, un petit rappel du synopsis de Harry Potter et l’Enfant Maudit s’impose :

Dix-neuf ans après la bataille de Poudlard et son dénouement en faveur de nos héros, nous retrouvons Harry là où nous l’avions laissé, sur le quai de la voie 9 ¾, emmenant son fils cadet, Albus Severus Potter, prendre le Poudlard Express pour entamer sa première année dans la célèbre école de sorcellerie.

Alors, verdict ? Et bien, je dois bien admettre que je suis plutôt mitigée. Si j’ai parfois reconnu l’humour de J.K. Rowling, je n’ai pas retrouvé son sens du détail et sa finesse. J’ai trouvé la trame un peu lourde, assez pauvre en soi et, parfois même, carrément grotesque. Pas grand chose de fondamentalement nouveau, des personnages dont je n’ai pas forcément retrouvé le caractère initial, et surtout, une résolution des événements beaucoup trop simpliste.

Et pourtant, pendant toute ma lecture, la magie Harry Potter a fonctionné quand même. J’ai lu la pièce d’une traite, ou presque (il a bien fallu que je m’alimente à un moment ou à un autre). Je ne peux pas dire que j’ai ressenti la même exaltation que lors de la lecture des romans, mais j’avais tout de même très envie de connaître la fin, et vite ! Et surtout, j’ai beaucoup apprécié rencontrer les enfants de nos héros favoris. L’un d’entre eux, en particulier, m’a beaucoup touchée, mais j’y reviendrai dans la seconde partie.

Je ne vous dirai pas de lire ou de ne pas lire cette pièce. Tout dépend de votre état d’esprit. Si vous avez peur d’entacher vos souvenirs d’enfance avec une histoire assez moyenne, très franchement, vous ne perdez pas grand chose. Si, au contraire, vous recherchez une dernière immersion dans le monde des sorciers, réconfortante et régressive comme une bonne Bièraubeurre, alors allez-y gaiement !

ATTENTION ! La seconde partie de cette revue débute après l’image ci-dessous. Si vous décidez tout de même de poursuivre votre lecture alors même que vous n’avez pas encore lu Harry Potter et l’Enfant Maudit, je vous aurai prévenus !

Avis détaillé (ALERTE spoilers !)

J’ai décidé de revenir ici, de manière un peu décousue je l’admets, sur quelques points qui m’ont marquée.

  • D’abord, j’ai absolument détesté la trame du voyage dans le temps. J.K. Rowling avait pourtant été si précautionneuse avec ce thème dans le Prisonnier d’Azkaban que l’exploiter à nouveau est à mon sens une idée médiocre et surtout très risquée. À mes yeux, c’est un échec total : les différents retours vers le passé sont bâclés et particulièrement maladroits – d’autant qu’il s’agit à l’origine de faire revenir Cedric Diggory, un personnage franchement secondaire. J’aurais pourtant tellement aimé une histoire toute neuve, quitte à laisser nos personnages préférés de côté, pour nous concentrer sur leur progéniture, sur de nouveaux enjeux et de nouveaux méchants… Mais non, il a fallu faire revenir une pâle copie de Rogue au détour d’une réalité parallèle style Troisième Reich. Quel gâchis !
  • Scorpius m’a beaucoup touchée. Je l’ai trouvé très mignon et particulièrement drôle.
  • En revanche, je n’ai pas du tout reconnu Ron. Ron est l’un de mes personnages préférés, et j’ai été très déçue de sa version adulte dans Harry Potter et l’Enfant Maudit. Certes, Ron est un personnage parfois assez léger, moins sérieux que ses deux acolytes, mais en faire un blagueur invétéré… vraiment ? On ne l’aurait pas confondu avec Fred et George, par hasard ? Et puis d’ailleurs, où est George ?
  • Hermione en Ministre de la Magie : TRIPLE OUI !
  • J’ai aimé suivre les incertitudes et les échecs de Harry en tant que père. Pour le coup, je trouve que cela collait très bien avec son personnage. En revanche, l’histoire étant centrée autour d’Albus, j’ai été un peu triste de ne pas avoir l’opportunité de connaître davantage James et Lily.
  • Enfin, j’ai beaucoup aimé que Voldemort ait une fille, mais je ne comprends pas comment Bellatrix a pu cacher sa grossesse, notamment à sa sœur, d’autant plus qu’elle a, semble-t-il, accouché dans le manoir des Malefoy. J’ai lu à plusieurs reprises qu’il était aberrant de donner une progéniture au Seigneur des Ténèbres, compte tenu de son incapacité à aimer. Pour ma part, je pense que son obsession du sang pur et son dégoût des Moldus ont très bien pu le pousser à vouloir donner au monde un héritier à son image. Par contre, l’histoire de Delphini est beaucoup trop peu développée, et c’est très frustrant.

Si vous avez lu la pièce et que, comme moi, vous avez envie de vous exprimer, n’hésitez pas à me faire part de vos avis en commentaire !

harry-potter-et-l-enfant-maudit-la-magie-n-opere-plusm381752

Mais au fait, à votre avis, qui est l’enfant maudit ? 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 thoughts on “Harry Potter et l’Enfant Maudit (avec ou sans spoilers)

  1. Je suis plutôt d’accord avec toi sur cette lecture ! et je ne sais toujours pas qui est l’enfant maudit ^^ Albus, Scorpius ou Delphi ? J’ai trouvé l’intrigue vraiment WTF, sans cohérence et sans originalité. Les nouveaux personnages sont insipides, quant aux anciens on les reconnais à peine (surtout Ron !!). Je suis vraiment déçue par cette pseudo-suite qui, à mon avis, ne mérite pas du tout son titre de « 8e histoire ».

  2. ahh merci ! enfin un avis franc ! Je pense exactement la même chose que toi. Personnellement je n’ai pas retrouver l’écriture de JK rowling. Déjà j’ai eu l’impression qu’elle utilisait du vieux pour faire du neuf (retourneur de temps, les épreuves de la coupe de feu, les personnages…) ensuite je n’ai pas retrouver la personnalité des personnages dans l’enfant maudit (ron, severus, mc gonagall, drago..), j’ai aussi trouver l’histoire trop fouillis, on dirait que jk Rowling s’est emmêlé les pinceaux dans son roman. Et puis surtout elle est trop sentimental dans l’histoire, à chaque phrase il y a toujours un « j’aime mon fils » « papa est méchant je me sens seul », « je vais faire le héro et sauver le monde » ou « on va être les meilleurs amis du monde ». Autant le côté tragique ok mais pas dans tout le recit, je veux dire un petit peu suffi largement. J’ai vraiment été très déçus par ce bouquin surtout un bouquin que j’attendais avec impatience. Elle a un peu gâché l’univers hp avec ce livre, comme si elle s’était dépêcher de pondre une histoire. On dirait presque que c’est quelqu’un d’autre qui l’a écrit. J’ai pas retrouvé ce qui m’avait tant plu dans harry potter.

    1. En l’occurrence Harry Potter et l’Enfant maudit a été écrit à six mains, de concert avec les dramaturge et metteur en scène Jack Thorne et John Tiffany. Ceci explique peut-être cela… !

  3. Euh… tout d’abord, comment se fait il que nous n’ayons jamais parlé d’Harry Potter ensemble ? Je ne savais pas que tu l’aimais aussi (on a l’impression de parler de quelqu’un, c’est toujours étrange) !

    Bon sinon, j’ai aimé ton article. Comme toi, j’ai décidé de lire ce livre en le prenant comme un bonus. Quand j’ai entendu parlé de sa sortie.. je n’étais pas vraiment intéressée. Pourquoi toujours ressasser les histoires qui marchent ? Il faut parfois dire stop. Et puis, j’ai été faible, à force de voir cette couverture me regarder dans chaque vitrine (il est sorti début Août en Irlande), je me le suis offert pour mon anniversaire. :)
    Je ne m’attendais à rien, je n’avais pas vraiment lu d’avis dessus, ni de résumé, j’étais fraîche pour lui ! Bon, après je l’ai lu en Anglais, j’ai donc des passages plus flous que si je les avais lu en Français mais je pense avoir bien saisit l’essentiel.

    Comme toi, j’ai adoré retomber directement dans l’ambiance et dans l’univers de HP, en quelques pages j’étais conquise : De la magie peut-être ?! Et comme tu le dis si bien, j’ai aimé cette dernière immersion dans le monde des sorciers. Car oui, la magie opère bel et bien… même si…

    Bon maintenant, si vous n’avez pas lu le livre veuillez ne pas lire mon commentaire plus bas (SPOILERS !!!!)

    Même si il y a des aberrations ! Mais bon, je ne m’attendais pas à du 100% parfait alors ça me convient. Comme toi j’ai adoré Scorpius, Malfoy était déjà un de mes personnages préférés (avec Fred…. La meuf qui choisi bien ses perso favoris), alors découvrir son fils avec un genre d’Hermione, c’était le pied. J’ai trouvé les deux garçons assez touchant, même si Albus fait un peu son ado au caractère pourri (on dirait Harry dans le tome 5!). J’ai aimé le fait qu’il aille à Serpentard, ce qui redore un peu le blason de cette maison et j’ai aimé leur amitié sincère et belle.

    J’aurais aimé en savoir plus sur Scorpius et Rose.. m’enfin, je l’imagine.

    Sinon, j’ai méga aimé découvrir Harry dans un rôle de papa ! C’est extrêmement intéressant de le découvrir lui, sans réelle figure paternelle, devoir se débrouiller avec son passé, son présent et ses enfants très différents. J’ai trouvé que c’était très bien mis en place et ça m’a semblé crédible. Quel père ne raconte pas à tord et à travers ses péripéties d’ado ?! Et quel enfant de parent célèbre n’est pas un jour frustré de ne pas leur ressembler assez ou de ne pas être aussi bon qu’eux ?!

    Comme toi, j’ai détesté le rôle de Ron. On le résume à un idiot, c’est dommage. J’aurai aimé en savoir plus sur son couple avec Hermione. Car les deux couples du livre (Ginny et Harry / Ron et Hermione) me paraissent assez fade et sans profondeur (même si l’histoire n’est pas sur eux), je trouve que Ron se retrouve écrasé par l’importance d’Hermione. J’ai par contre (contrairement à toi) bien apprécié dans l’ensemble cette histoire de retourneur de temps. J’ai aimé les nouvelles facettes de Ron et d’Hermione dans les divers mondes parallèles et leurs relations toujours électriques.

    Par contre,tout est un peu facile, mais bon passons : ce n’est pas un roman c’est une pièce et en plus… JK Rowling ne l’a pas entièrement écrit (et n’en a pas eu l’idée si j’ai bien compris mes lectures précédentes sur le sujet). Donc il faut s’attendre à de la simplicité.

    Pour la fille de Voldemort, je ne suis pas contre le fait qu’il puisse engendrer. Certes c’est un personnage asexué dans les livres, mais tous les autres aussi au final ! Le sexe n’a pas sa place dans HP. Par contre, je trouve qu’il est logique qu’il tente de survivre à travers un enfant. Mais ce qui ne colle pas pour moi c’est le « Comment ?! ». J’ai du louper un épisode car je ne vois pas à quel moment Bella aurait pu être enceinte… et je ne vois pas l’intérer que Rowling aurait eu de nous cacher un evenement comme ça… Ah oh et oui, Bella ne se serait peut être pas battue de la même manière dans la bataille de Poudlard si elle venait d’enfanter (ou Voldy le lui aurait interdit). Bref, on sait bien que cette révélation était là uniquement pour apporter un suspens supplémentaire et donner de la légitimé à la méchante… Ah et aussi pour nous amener à une jolie scène à Godrick Hollow qui doit être sympa à voir sur scène ! Lily et James quoi ! :)

    Bref, sinon en dehors de niaiseries scénaristiques, le livre m’a comblée. Je voulais du HP, j’en ai eu. Je n’en attendais rien alors je ne pouvais pas vraiment être déçue. :) Par contre, je me suis remise à livre les vrais livres ! Et ça fait du bien :) Bisous

    1. Haha, merci pour ce long commentaire, je vois que tu avais envie de t’exprimer ! Mais bien sûr que je suis une fan de Harry Potter ! Et pour le coup, tu n’as pas tout à fait tort lorsque tu dis que tu as l’impression que l’on parle d’une personne. Je me rappelle même avoir pleuré une ou deux fois au début de mes lectures parce que Harry n’était pas réel (j’étais un peu amoureuse 😉 ) !

      On en parlera de vive voix, à l’occasion 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *